Jethro Tull – Benefit (1970)

 

Je sais bien qu’il n’y aura pas un seul “vrai fan” de Jethro Tull pour être d’accord avec moi, mais pour moi c’est leur meilleur album (et même d’assez loin). Pourquoi ? Parce que cet album a été enregistré dans la foulée d’une tournée américaine où Tull partageait l’affiche avec Led Zeppelin, ce qui ne se fit pas sans heurt aussi bien en coulisses que dans les salles face au public déchaîné. Le résultat est que les compositions de Ian Anderson reflètent ici une amertume et une tristesse sincère, comme on n’aura aucune autre occasion d’en entendre dans le répertoire du groupe, avec en particulier les deux titres qui ouvrent « Benefit » : « With You There To Help Me » (avec son merveilleux duel final entre flûte et guitare) et la superbe complainte « Nothing To Say ». Le Tull prend également des accents rageurs avec le hard-rock de « To Cry You a Song » (excellente chanson, qui n’est pas sans rappeler « Had to Cry Today » de Blind Faith). Entre ces trois grands morceaux, et la ballade mélancolique finale « Sossity, You’re a Woman », les autres plus petits qui pourraient passer pour du remplissage sont tout de même excellents, et ils sont en plus l’occasion pour Anderson de s’exercer aux techniques de production qui donnent au résultat un petit côté avant-gardiste, que ce soit le fondu enchaîné pour « Son », la note de guitare interminable dans « A Time for Everything » ou les bandes inversées de « Play in Time ».

 

A noter que la version américaine (Reprise) est différente de la version européenne (Island ou Chrysalis) : elle contient le très bon « Teacher » à la place du très joli aussi dans son genre « Alive and Well and Living in ».

 

John Evan est crédité comme invité aux claviers, à partir de l’album suivant il sera intégré de manière permanente. En revanche Glenn Cornick sera viré…

 

 

Retour au sommaire

 

Textes © 2003 – Mr Prog International Corporation

Images (y compris visuels pochettes de disques) © les gens à qui les images appartiennent

 

Toute reproduction même partielle de ce site est totalement prohibée et sera sanctionnée (si j’arrive à attraper les contrevenants) par l’écoute de « Supper’s Ready » de Genesis en entier ou bien (dans le cas où le contrevenant s’avèrerait être un pervers fan de Genesis) par un châtiment d’une cruauté sans équivalents connus dans ce monde (ni dans l’autre).

 

Ce site n’est affilié en aucune sorte à « Pengla » ni à « Apocalypse en 9/8 »